Historique du Châtelard de Cessieu

18 nov. 2013

Nous apprenons par une révision des feux datée du 19 octobre 1426 que Cessieu fut autrefois une communauté comprenant les villages de Coyranne (aujourd'hui Coiranne), Vaux, Mornas et Fossas, équivalents des hameaux actuels. Il y eut trois maison-forte à Cessieu: le Châtelard (ou Chastellard, d'après l'orthographe des siècles passés), celle du bourg même de Cessieu (Ceyssiaco) et celle de La Tivolière.
 
Le premier seigneur cité fut Simon de Rivoire (1267-1318), chevalier et châtelain de Grenoble, seigneur de Vachères et du Châtelard de Cessieu vers 1300. Son fils et héritier, Guy ou Guyonnet, rendit hommage au Dauphin Humbert II le 3 mars 1334, à Bourgoin dans l'église Saint-Jean, pour ses possessions y compris le Châtelard de Cessieu. Guy de Rivoire eut trois enfants de son épouse Pernette de Paladru:
  • Aymard époux de Guigone de Torchefelon, sans postérité
  • Guyotte qui épousa Aymon de Bocsozel, seigneur de Martel et Champagnieu (en Savoie), dont Hugonnet de Bocsozel
  • Françoise qui épousa Arthaud Carra, chevalier, seigneur de Montcarra, puis en secondes noces en 1363 Guy de Torchefelon (1323-1399), chevalier, maréchal du Dauphiné, seigneur de Ponterray et châtelain delphinal de Bourgoin en 1362, dont Guyonnet & Jean de Torchefelon.
Le château du Châtelard est en 1399 entre les mains des cousins Hugonnet de Bocsozel, Guyonnet et Jean de Torchefelon. Mais les frères Amédée et Claude de Bocsozel, petit-fils de Guyotte de Rivoire, vendent le 3 janvier 1402 leur part sur la maison forte à Jean de Torchefelon, leur cousin. Pendant plus de deux siècles les Torchefelon seront les seigneurs du lieu. Jean de Torchefelon, fils de Guy, fut châtelain de La Tour-du-Pin, seigneur du Châtelard de Cessieu et co-seigneur de Montcarra. Son fils, Georges de Torchefelon héritera du Châtelard et fondera le 14 juin 1517 la chapelle Notre-Dame dans l'église de Cessieu. Il aura de son épouse, Marguerite de Paladru, sept enfants dont Gaspard, héritier de son père et Antoinette épouse de Gabriel Alleman.
 
Nous retrouvons la trace du Châtelard de Cessieu en novembre 1560, dans un inventaire dressé suite à la mort du seigneur Gaspard de Torchefelon, fils de Georges et époux d'Anne de Grolée. Voici le descriptif que cet acte nous en livre: le Châtelard est flanqué de deux tours carrées et reliées par des galeries de bois. L'entrée de la cuisine est précédée d'un tambour en bois de noyer. On trouve aussi une cour, trois moulins à grandes roues, des étables et un cellier au rez-de-chaussée de la plus ancienne tour. D'après cet inventaire la maison-forte est délaissée par ses seigneurs. Puis deux ans plus tard, en 1562, Cessieu sera attaquée par le baron des Adrets. Les lieux durent beaucoup souffrir des guerres de religion, qui furent souvent sévères dans le Dauphiné. Après cette époque difficile le Châtelard entre en possession de Gabriel Alleman, seigneur de Demptézieu et époux d'Antoinette de Torchefelon. Leur fils Pierre Alleman, héritera de la maison-forte avant de la vendre le 8 juin 1613 à Léonard de Musy.
 
Léonard de Musy est issu d'une famille bourgeoise de La Tour-du-Pin et a de grandes propriétés dans tout les alentours de Cessieu. Lorsqu'il acquiert la maison-forte du Châtelard de Cessieu, on imagine qu'il dut y entreprendre de nombreuses restaurations suite aux méfaits que les lieux connurent lors des précédentes décennies. Dans le partage de ses biens le 24 mai 1621, ses possessions sont divisées entre ses fils: Pierre, son fils puîné, héritera entre autres biens du Châtelard. Pierre de Musy épousa Claude, fille d'Annibal de Torchefelon, seigneur de Magnier et lointain cousin des premiers seigneurs du Châtelard. Il eurent de nombreux enfants, tous nés à Cessieu.
 
Le châtelard de Cessieu suivra alors la destinée de la famille Musy. Françoise de Musy, leur dernière descendante, vivait encore au Châtelard en 1697. Mais celui-ci finira en ruines et dans l'oubli. En 1864, ses ruines serviront à la construction de la chapelle de la Salette, située à Cessieu.


Sources:
* Histoire des châteaux de la Tour-du-Pin et de la région (par André Denier)
* Armorial du Dauphiné, par G. de Rivoire de La Bâtie (1867)

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

À propos

» Pour en savoir plus à propos de ce blog et de l'auteur... [Lire]

Twitter

Facebook

Fourni par Blogger.