A comme Auxiliaires

31 mai 2014

 
 
Mon arrière-arrière-grand-père François Seigle-Buyat est né le 11 mai 1882 à La Bâtie-Divisin. Lors de la consultation de sa fiche matricule, j'ai découvert quelques détails sur cet aïeul.
 
Lors de son recrutement militaire, il faisait partie de la classe 1902. Outre le fait qu'il mesurait 1 mètre 68, qu'il était brun aux yeux châtains, que son visage était ovale et son menton rond... j'ai surtout découvert qu'il bégayait! Il fut donc affecté aux services auxiliaires.
 
 
 
 
Les services auxiliaires
 
Etaient affectés aux services auxiliaires les hommes ayant une maladie ou un handicap qui ne permettait pas leur entrée dans l'armée active.
 
"Les jeunes gens classés dans les services auxiliaires sont, comme les autres jeunes gens de leur classe, à la disposition du Ministre de la Guerre pour tout le temps qu'ils ont à accomplir [...] ils sont destinés à compléter, en cas de guerre, le personnel nécessaire aux services ci-après désignés, et peuvent, le cas échéant, être mis à la disposition de l'industrie privée pour l'exécution de travaux relatifs à l'armée. [...]
 
Tableau des services auxquels ils peuvent être affectés: 
  • Travaux de fabrication et de réparation du matériel de toute nature
  • Travaux relatifs aux fortifications et aux bâtiments militaires
  • Travaux concernant la construction, la réparation et l'exploitation des voies ferrées et des lignes télégraphiques
  • Hôpitaux et ambulances
  • Magasins d'habillement, d'équipement, de harnachement et de campement
  • Subsistances, manutentions, magasins
  • Transports militaires
  • Bureaux des états-majors, du recrutement, de l'administration et des dépôts des différents corps de troupe."



Sources: état-civil de La Bâtie-Divisin et registres matricules militaires sur www.archives-isere.fr - Traité pratique du recrutement et de l'administration de l'armée française, 1889, à lire sur Gallica

  8 commentaires:

  1. Les fiches militaires sont une incroyable source de renseignements : je ne connaissais pas les services auxiliaires.
    Merci pour le partage !

    RépondreSupprimer
  2. Il est étonnant de découvrir que le bégaiement était jugé handicapant pour l'armée. En est-il toujours ainsi ? En temps de guerre, l'armée ne devait pas être aussi regardante.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En effet, l'armée devait sans doute être peu regardante sur les "petites infirmités" tel que le bégaiement. Merci et à très bientôt

      Supprimer
  3. Moi non plus, je ne connaissais pas les services auxiliaires !
    Merci pour ces infos !

    RépondreSupprimer
  4. Aux Archives déaprtementales, je suis tombée sur la liste des exemptés pour défaut faciles à simuler : que de bègue, "idiot", muet, sourd et autres soit-disant simples d'esprit, mais aussi amputés d'un ou deux doigts sont passés devant une commission de médecins militaires chargés de vérifier leur handicap !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai pas pensé que de telles listes pouvaient exister, merci pour l'idée de recherche :-)

      Supprimer
  5. Quelle chance d'avoir tous ces éléments. Bon challenge !

    RépondreSupprimer
  6. Service auxiliaire pour "mauvaises dents"... sans rire !

    RépondreSupprimer

À propos

» Pour en savoir plus à propos de ce blog et de l'auteur... [Lire]

Twitter

Facebook

Fourni par Blogger.