B comme Boutlélis

2 juin 2015


L'année dernière, lors du précédent #challengeAZ, je vous ai conté l'histoire de Jean-Baptiste Durand, mon aïeul parti à l'aventure comme colon en Algérie vers 1852. (pour relire l'article, c'est ici)

Jean-Baptiste fut négociant et commerçant mais est décédé le 12 octobre 1854 dans sa maison, située rue Napoléon, à Oran. La petite histoire algérienne de la famille Durand aurait pu s'arrêter là. Mais j'ai récemment découvert grâce aux ANOM (Archives Nationales d'Outre-Mer) qu'il n'était pas parti seul, comme je le croyais.

Il fut suivi par son fils aîné, également nommé Jean-Baptiste, qui en 1854 fit la demande auprès du Ministre de la Guerre d'une concession de terres à Boutlélis. Cette colonie agricole, située à l'ouest d'Oran, possédait un climat propice (sec mais doux) et des ressources en eau suffisantes pour l'établissement de colons et pour l'exploitation du sol.

Voici la lettre adressée par mon aïeul, datée du 27 juillet 1854:






~


Oran, le 27 juillet 1854
Monsieur le Ministre de la Guerre,

J'ai l'honneur de m'adresser à vous à l'effet d'obtenir à Boutlélis (province d'Oran, Algérie) une concession de 20 hectares de terrains, dans laquelle je me propose d'employer les 5.000 francs, fruits de mes économies, que j'ai en portefeuille.
Quoique non marié, mais attendant cette concession pour réaliser cet hymen, j'ose espérer en vous, Monsieur le Ministre, et me plais à croire que bientôt par la voie de la Préfecture, je recevrai votre adhésion complète à une demande aussi digne.
Vous trouverez ci-joint les pièces à l'appui. Daignez croire aux sentiments bien dévoués de votre serviteur.

Durand Jean-Baptiste, Place des Carrières, Oran



Pièces jointes à la lettre:




24 juin 1854
Je soussigné docteur en médecine, traitant à l'hôpital civil St Lazare d'Oran, après avoir visité le sieur Durand Jean-Baptiste, certifie qu'il est d'une forte constitution et qu'il jouit d'une parfaite santé.





26 juin 1854
Nous, maire de la ville d'Oran, certifions que le nommé Durand Jean-Baptiste, âgé de 24 ans, né à Bilieu (Isère) demeurant rue Napoléon, est de bonnes vie et mœurs et n'a jamais été l'objet d'aucune plainte.


Vue de la ville d'Oran, 1839


~



Cette lettre écrite de sa propre main, d'une très belle écriture, nous apprend que Jean-Baptiste (fils) prévoyait de se marier et de bâtir une ferme à Boutlélis, sans doute dans le but de vendre les récoltes en métropole. Etant en parfaite santé et de bonnes mœurs, il comptait bien s'établir dans la colonie algérienne.


Mais comme vous le savez désormais, Jean-Baptiste (le père) décède cette même année 1854 et son fils ne pourra jamais réaliser son hymen.




Sources: 
ANOM, recherches faites par les bénévoles du Fil d'Ariane, merci à eux !
Persee.fr , Les débuts de la colonisation dans le Sahel d'Oran et dans la plaine de la Sebkha

  2 commentaires:

  1. Toujours aussi émouvantes ces lettres. Bonne suite de challenge !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le fait de retrouver l'écriture propre d'un aïeul, c'est toujours émouvant :) Merci. A très vite !

      Supprimer

À propos

» Pour en savoir plus à propos de ce blog et de l'auteur... [Lire]

Twitter

Facebook

Fourni par Blogger.