M comme Marine

15 juin 2015


Lors de son arrivée dans le Nouveau-Monde notre dauphinois (devenu québécois), François Rullet, est qualifié de soldat des troupes de la Marine...


La Nouvelle-France vers 1745


A cette époque, de nombreux hommes s’enrôlaient dans les troupes qui partaient assurer la sécurité dans les colonies du royaume. Sans doute François a t-il croisé la route d'un recruteur qui sillonnait la France à la recherche de jeunes futurs soldats. Contrairement à l'armée régulière française, divisée en régiments, les troupes de la Marine étaient divisées en compagnies indépendantes.


Soldats et officiers des compagnies franches de la Marine, vers 1745
Banque d'images en univers social

En 1750 il y avait ainsi près de 1700 soldats de la Marine sur le sol de la Nouvelle-France. La Marine servait également dans les ports et assurait la défense dans les autres colonies. Ces troupes furent pendant longtemps la seule force armée française présente dans le Nouveau-Monde. Le contrat d'engagement d'un soldat était de 6 ans et sa paye de seulement 9 livres par mois, soit une misère !


Soldat de la Marine en Nouvelle-France, vers 1740
 www.cmhg-phmc.gc.ca




La gestion des troupes au Québec faisait l'objet d'une véritable logistique. Dès 1685 on demanda aux habitants de fournir aux soldats: un lit, une paillasse, l'alimentation et une place de choix, devant le feu du foyer de la maison. 

Bien que leur logement fut rudimentaire chez la plupart des habitants (de nombreux soldats dormaient simplement sur la paille), la présence d'un homme en uniforme dans le foyer devait être rassurante. De nombreux soldats se sont mariés et établis au Québec suite à leur service militaire. Ce logement des soldats favorisait sans aucun doute les rencontres et les rapprochements entre les militaires et les jeunes filles du pays. Il est alors possible que François ait rencontré sa jeune épouse de cette manière.


Mode féminine et masculine en vogue en Nouvelle-France, vers 1749
© Musée de la civilisation, Québec

De plus, les soldats qui veulent s'établir dans la colonie perçoivent de l'aide de la part des autorités, toujours à la recherche de nouveaux travailleurs et laboureurs. Ils pouvaient obtenir de nouvelles terres: une pratique devenue impossible en France où les terres étaient transmises par héritage uniquement.

Pour aider au défrichement et à la mise en valeur des terrains, chaque nouveau colon recevait de la nourriture, du matériel agricole et une vache. Et les colons bénéficiaient souvent de l'aide des autres soldats pour bâtir leurs maisons. Les gouverneurs du pays s'assuraient ainsi l'installation comme colons de la plupart des soldats.




Sources:
Fichier Origine
Bibliothèque et archives nationales du Québec et banque de données Pistard
- Passerelle pour l'histoire militaire canadienne, www.cmhg-phmc.gc.ca
- www.militaryheritage.com
- Société de généalogie de Québec, www.sgq.qc.ca
Listes des navires venus en Nouvelle-France sur le site: http://naviresnouvellefrance.net/
Les soldats des troupes de la Marine en Nouvelle-France durant la décennie 1750, http://www.cfqlmc.org
- http://www.unicaen.fr

  2 commentaires:

À propos

» Pour en savoir plus à propos de ce blog et de l'auteur... [Lire]

Twitter

Facebook

Fourni par Blogger.