Les ancêtres de César

23 oct. 2015


Cela fait déjà quelques mois que je travaille à nouveau sur mes ancêtres savoyards...

Je vous ai conté à plusieurs reprises la vie mouvementée - parfois digne d'un roman - de mon aïeul César Grivet-Coquet. Mais... qui étaient ses parents ou grand-parents? Petite enquête en Savoie, non loin de la frontière avec le Dauphiné, pour découvrir les ancêtres de César.

César Grivet-Coquet est né le 1er décembre 1744 à Attignat-Oncin et fut baptisé ce même jour. Ses parents se nomment Jérôme Grivet-Coquet, marchand de son état et Josephte Magnin. Son parrain fut un nommé César Magnin, qui lui transmis ce prénom peu banal. Là s'arrêtaient mes certitudes, il y a encore quelques temps.

Acte de baptême de César, 1744

Suite à une recherche sur Geneanet, j'ai trouvé la mention de César, avec ses parents et même ses grand-parents maternels. J'ai donc contacté l'auteur de l'arbre généalogique, qui me répondit rapidement et me transmit le testament qui prouvait les filiations:
Le 11 octobre 1756, Claude Magnin originaire et habitant Lépin-le-Lac, époux de Madeleine Bellemin, fit rédiger son testament et fit des legs à ses enfants et petit-enfants. Parmi eux sont nommés Antoine, François et César Grivet-Coquet, ses petit-fils, enfants de Jérome Grivet-Coquet et de sa défunte fille Josephte Magnin. Son héritier universel fut son fils César Magnin. Le notaire rédacteur était maître Charles Bellemin.
C'était bien "mon" César ! Je connaissais désormais ses grand-parents maternels et j'apprenais que son parrain César Magnin était son oncle. On remarque que le notaire, maître Charles Bellemin, porte le même nom que la grand-mère de César, Madeleine Bellemin. Faut-il y voir un cousin? Enfin Josephte Magnin est décédée à l'heure du testament. Son acte de sépulture se trouve à Attignat-Oncin, à la date du 15 juin 1751.

Les archives de Lépin-le-Lac ne débutant qu'en 1775, je me voyais à nouveau bloqué. Mais lorsque les registres paroissiaux viennent à manquer, il est parfois nécessaire de fouiller d'autres sources. C'est ce que j'ai fait pour reconstituer les familles composant l'ascendance maternelle de César.

La Pélisserie, à Saint-Albin de Vaulserre

Le fonds Boffard-Dulac, d'origine privée, contient de nombreux documents sur les familles de la vallée de la Valdaine. Il a été découvert en 2002 dans le grenier de La Pélisserie, une ancienne maison-forte située à Saint-Albin de Vaulserre. A priori, rien à voir avec mes ancêtres de Savoie... et pourtant plusieurs familles de l'Avant-Pays savoyard y ont laissé des traces, ce qui nous permet d'avancer dans l'enquête:

- 1713
Le contrat de mariage de Claude Magnin et Madeleine Bellemin (daté de 1702) fit l'objet d'une transaction en 1713, conservée dans les archives de La Pélisserie. On apprend que Claude est le fils de Louis Magnin, de Lépin-le-Lac. Madeleine est la fille de maître Jacques Bellemin, de La Bridoire et elle avait reçu en dot 12 000 florins.


- 1709
Un testament daté de 1709, va nous permettre de progresser encore. Cette année là, le révérend Claude Francois fait rédiger son testament, suivi d'un codicille. Il est official de l’évêché de Belley et curé de Verel-de-Montbel. Dans cet acte sont mentionnés les nombreux héritiers qui se bousculaient au chevet du prêtre, à savoir:
  • feu André Caproni, son beau-frère
  • Hélène, Jeanne et Marguerite Caproni, ses nièces
  • Jacqueline Caproni, épouse de Jean-Baptiste Heretier
  • Jeanne Francois, sa défunte sœur, veuve de Louis Catton
  • ses nièces Madeleine et Peronne Catton
  • Thomasse Francois, veuve de Léonard Domenget
  • Antoine Francois, curé de Nances
  • maître Claude Francois, dit l'aîné, procureur au Sénat de Savoie
  • maître Jacques Guinet, châtelain de Verel-de-Montbel
  • sa nièce Jacqueline Bellemin, épouse de Georges Bernerd
  • sa nièce Madeleine Bellemin, épouse de Claude Magnin
  • maître Jacques Bellemin, son beau-frère, notaire et châtelain de La Bridoire, époux d'Anne Francois, sœur du testateur, est déclaré héritier universel.
- 1709
Cette année là fut aussi rédigé le contrat de mariage entre Pierre Bellemin, fils de Jacques, notaire-châtelain de La Bridoire et Jacqueline Bellemin, du Pont-de-Beauvoisin, fille de François dit l'aîné et de Catherine Francois.

- 1689
Antoine Bellemin, dit La Marche, fit rédiger son testament. Il fait des legs à:

  • maître Jacques Bellemin, son neveu, de La Bridoire
  • Pierre, Jacques et François Bellemin, ses petits-neveux, fils du dit Jacques
  • Jacqueline Bellemin, sa petite-nièce et filleule, fille du dit Jacques
  • son épouse Jacqueline Francois, qui est déclarée héritière universelle avec la jouissance des biens de son époux.


Les fréquents mariages entre les familles Bellemin / Francois et l'habitude de porter les mêmes prénoms d'une génération à l'autre... tout cela ne simplifie pas la tâche et on se mélange vite les pinceaux ! C'est désormais - à nouveau - aux registres paroissiaux de me venir en aide, afin de démêler tout ces liens familiaux.


Sources:
- registres paroissiaux d'Attignat-Oncin
- testament de Claude Magnin, AD73, réf. 2C751 et recherches de G. Tetaz
- fonds Boffard-Dulac et site de T. Boffard,
http://tristan.boffard.pagesperso-orange.fr

Illustrations:
- Le duché de Savoie suivant les dernières observations, 1744, AD73, réf. 1Fi S26
- dona Isabel la Catolica dictando su testamento, Musée du Prado
- Carte du duché de Savoie, 1630, AD73, réf. 1Fi S6

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

À propos

» Pour en savoir plus à propos de ce blog et de l'auteur... [Lire]

Twitter

Facebook

Fourni par Blogger.