Une famille recomposée sous l'oeil des recensements - 2ème partie

8 févr. 2016


Nous avions quitté les familles Brossier et Guérot après le recensement de population de l'année 1881.


Pour les années suivantes l'état-civil complète les informations des recensements, afin de suivre l'évolution de membres de la famille.

1886

À Brienne-le-Château, la maison située rue Baste, doit désormais paraître bien calme. Le recensement de cette année là nous informe que Mathieu Brossier, tonnelier de 54 ans et son épouse Juliette Leclerc, 53 ans, ne vivent plus qu'avec trois de leurs enfants:
- Louis Brossier, 12 ans, fils de l'époux issu de son premier mariage
- Marie, 11 ans et Angéline Brossier, 7 ans, les deux filles du couple.


Les autres enfants de Mathieu Brossier (issus de son premier mariage) ont fondés leur propre famille...
- Angèle Brossier, 31 ans, est concierge d'école et vit dorénavant à Bar-sur-Aube, rue Piverotte, avec son mari Alfred Girardin, 36 ans, facteur des postes et leurs trois enfants: Marie Eugénie, Charles et Adrien.
- Firmin Brossier, 29 ans, vigneron, vit avec son épouse Claire Ridey à Précy Saint-Martin, rue du Bout d'en Haut, où la famille Brossier semble encore posséder une maison.

Quant aux enfants nés du premier mariage de Juliette Leclerc, ils ont "disparus" des recensements ! Malgré mes recherches je n'ai pas retrouvé leur trace en 1886. L'état-civil de Brienne-le-Chateau entre alors en jeu et m'informe que:
- Marie Guérot a épousé Gaston Joffrin le 15 janvier 1884 et Mathilde Guérot a épousé Paul Grattepain le 9 septembre 1884. Il me restera donc à trouver dans quelles communes les couples sont domiciliés...
Alexandre Célestin Guérot est décédé le 11 mars 1884 et n'apparaît donc pas dans le recensement de 1886
- Sa fille cadette, Julia Célestine Guérot, est encore non mariée en 1886, mais n'est pas recensée avec sa mère et son beau-père. Peut-être a t-elle vécu quelques années avec l'une de ses sœurs (mais où...) ? Elle épousera Léon Lacour à Brienne-le-Château en 1893.

1896


Mathieu Brossier est à nouveau veuf (Juliette Leclerc étant décédée le 24 avril 1893). Il a désormais 65 ans et vit à Brienne, rue Baste, avec sa fille Eugénie dite Angéline Brossier, 17 ans. Dans la même maison vivent également Julia Guérot, 26 ans (fille cadette du premier mariage de Juliette Leclerc) avec son époux Léon Lacour, maçon de 27 ans et leur enfant Maurice Lacour, 2 ans.

Toujours à Brienne j'ai retrouvé la fille aînée, Marguerite Brossier 21 ans et son époux Maurice Rousselot âgé de 24 ans, serrurier: ils vivent boulevard Napoléon. Sans enfants.

Dans la commune de Bar-sur-Aube nous retrouvons, rue des Trois Tours, Alfred Girardin, 46 ans, facteur des postes, son épouse Angèle Laure Brossier, 40 ans et leurs enfants:
- Marie Eugénie Girardin, 18 ans couturière
- Charles Auguste Girardin, 16 ans, mécanicien
- Adrien Girardin, 14 ans, employé
- Hélène Alice Girardin, 7 ans
- Bernadette Girardin, 6 mois
- et Françoise Girardin, 81 ans, mère d'Alfred

En 1896 à Précy Saint-Martin: Claire Ridey, veuve Brossier, 33 ans couturière vit avec sa fille Alice Brossier, 5 ans et ses parents Florentin et Arceline Ridey, vignerons. Ils sont domiciliés rue d'Epagne. Je sais donc que son époux Jean-Baptiste Brossier est décédé entre 1886 et 1896. En revanche cela soulève une question: qu'est devenue la maison familiale des Brossier, que des membres de la famille habitaient depuis 1861, rue du Bout d'en Haut?

À Troyes, rue des Deux Paroisses, vivent Victorine Joffrin, 65 ans et sa petite fille, Suzanne Amandine Joffrin, 5 ans. Suzanne est la fille de Marie Guérot et Gaston Joffrin (l'état-civil me vient en aide puisque j'ai retrouvé l'acte de naissance de Suzanne, à Troyes en 1890). Pourquoi vit elle avec sa grand-mère et pourquoi les parents ne sont ils pas nommés dans le recensement? Peut être sont-ils décédés à cette date...


Enfin à Chaumont (Haute Marne), avenue du Viaduc. Paul Grattepain, 33 ans, employé et son épouse Sophie (Mathilde) Guérot, 26 ans vivent avec leur fils Victor Grattepain âgé d'un an.

Autre interrogation: j'ai "perdu" la trace de Louis Auguste Brossier. Je ne sais pas ce qu'il est advenu du dernier né de Mathieu, par son premier mariage.


L'année 1896 est très riche en renseignements: elle m'en apprend beaucoup sur l'évolution de cette famille et soulève de nouvelles questions. J'ai maintenant de nouvelles pistes pour poursuivre mes recherches.


Sources: archives départementales en ligne de l'Aube et de la Haute-Marne, recensements de population et état-civil, www.archives-aube.fr et archives.haute-marne.fr

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

À propos

» Pour en savoir plus à propos de ce blog et de l'auteur... [Lire]

Twitter

Facebook

Fourni par Blogger.