G comme Gare

8 juin 2016



Un terrible accident se produisit à Moirans le soir du samedi 13 juillet 1889.

Le train de voyageurs n°329 était arrivé en retard et stationnait en gare de Moirans en attente du départ. Un autre train transportant des marchandises descendait de la ville voisine de Voiron et s'approchait dangereusement. La gare fit exécuter des signaux afin de prévenir que la voie n'était pas libre.

Le mécanicien du train de marchandises aperçu ces signaux à une distance de quatre kilomètres, serra les freins mais le choc était inévitable. La voie qui relie Voiron à Moirans a une très forte déclivité. Le train de marchandises percuta le premier, brisant quatre de ses sept wagons qui furent projetés sur le quai et sur les côtés. La locomotive eut sa machine broyée et la cheminée brisée. Le choc fit cinq morts et quinze blessés.

Un orage déversait alors sa fureur mais les recherches pour sortir les victimes des décombres durèrent toute la nuit. C'est au petit matin que des corps sans vie furent retrouvés.


Parmi les défunts se trouvait Auguste Perrin. Cela faisait à peine deux semaines qu'il avait enterré sa fille Mélanie. Auguste l'avait lui même retrouvé morte, assassinée, le 1er juillet de la même année.


Sources: Le Rappel & Le Petit Parien - Gallica
Images: L'Illustration, accident de 1891 - http://chroniquesintemporelles.blogspot.fr/

  2 commentaires:

  1. Touchant de voir comment un accident peut résonner fort dans l'histoire familiale. Et pour cause.
    Mention spéciale aussi pour la frise chronologique reliée aux événements de l'histoire familiale : je n'ai encore jamais expérimenté personnellement mais en tout cas elle est vraiment sympa ici. Bravo!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui c'est un triste enchaînement pour cette famille. Merci pour ces gentils compliments ! A bientôt.

      Supprimer

À propos

» Pour en savoir plus à propos de ce blog et de l'auteur... [Lire]

Twitter

Facebook

Fourni par Blogger.